Actualités
fr | en

Fibrillation auriculaire

La fibrillation auriculaire, le plus fréquent des troubles du rythme, affecte en Europe plus de 11 millions d’individus avec une projection de 14 à 17 millions à l’horizon 2030.

Elle se caractérise par des battements cardiaques irréguliers et rapides. Elle est très invalidante, son impact sur la qualité de vie des personnes atteintes est aussi important que celui des maladies des artères coronaires (infarctus du myocarde). C’est le principal responsable des accidents emboliques cérébraux et un facteur de risque d’insuffisance cardiaque et de démence.

Comprendre

La fibrillation auriculaire se manifeste par une activation électrique anarchique et donc une contraction inefficace de l’oreillette, ce qui favorise la formation de caillots sanguins. Elle a pour conséquence d’accélérer le cœur, et de le faire battre irrégulièrement.

 

La fibrillation auriculaire peut être paroxystique (épisodes durant habituellement moins de 48 heures et cessant spontanément), persistante (épisodes de plus de 7 jours ou nécessitant un traitement pour arrêter l’arythmie) ou permanente (épisodes de plus d’un an). Son apparition est favorisée par des troubles cardiaques préexistants (infarctus, myocardiopathie, atteintes valvulaires...), des affections hormonales (thyroïde), l’obésité et le diabète.

Traiter

Les cliniciens de Liryc ont identifié il y a plusieurs années les sources de la fibrillation auriculaire dans les veines pulmonaires. Cette découverte a permis le développement d’un traitement non pharmaceutique de cette maladie.

 

Ce traitement consiste à cautériser autour des veines pulmonaires avec un cathéter afin d’exclure ces sources d’arythmie. Ce traitement est devenu le traitement de référence : à ce jour, plus de 400 000 patients en bénéficient chaque année dans le monde.

 

Développer

Le mécanisme cellulaire des foyers d'automatisme dans les veines pulmonaires et les cibles moléculaires potentielles sont encore inconnus. Des progrès restent encore nécessaires  pour améliorer le dépistage, le diagnostic, le pronostic ou le traitement de cette arythmie. 

  • Développer de meilleurs outils d'ablation pour des procédures plus sûres, rapides et faciles​
  • Développer des traitements médicamenteux spécifiques ciblant les cellules veineuses​
  • Développer des biomarqueurs ainsi que de nouvelles stratégies