Actualités
fr | en

Création et hébergement de Start-Up

Dans le cadre de sa politique d’innovation, Liryc héberge et accompagne la création de start-up, issues des travaux de recherche des équipes.

L’institut offre un environnement unique, avec ses plateformes technologiques de pointe, ses équipes de recherche et clinique et sa caution scientifique, propice à accélérer la concrétisation d’idée au bénéfice des patients.

Deux start-up ont été créées et sont hébergées à ce jour, et de nombreux autres projets sont en cours.

 
InHeart

Créée en juillet 2017, la start-up développe une technologie de modélisation et de localisation de cœur virtuel en 3D pour permettre des interventions cardiaques plus performantes et plus sûres.

Tel un « google map » des interventions cardiaques sur les troubles du rythme, inHeart aide à planifier et guider les cliniciens. Dans les interventions qui se font sans ouvrir le thorax, cette technologie permet de guider les instruments à l’intérieur du cœur pour y brûler les zones à l’origine de l’activité électrique anormale.

Jean-Marc Peyrat, CEO & co-founder, a tout de suite été « séduit par le projet dont la technologie a été développée pour répondre à un besoin clinique bien identifié », et a ainsi rejoint l’équipe fondatrice pour porter le projet de start-up, aux côtés du Pr Pierre Jaïs, du Dr Hubert Cochet et du Dr Maxime Sermesant.

 
OP2 Drugs

Née en 2015, la biotech OP2 Drugs (“OP2”) identifie et développe des médicaments innovants en cardiologie et en neurologie. OP2 a été développée par l’équipe de chercheurs de Philippe Diolez (dont Philippe Pasdois et Dominique Detaille).  Elle s’appuie sur différents partenariats, dont l'IHU Liryc avec qui elle a signé une licence exclusive pour tester l’efficacité d’une molécule contre l’infarctus du myocarde, responsable de plus de 1.200.000 décès par an en Europe et aux Etats-Unis.

OP2 a pour objectif de valoriser ce premier produit breveté pour des applications dans les domaines de la cardioprotection : la molécule a un intérêt considérable pour limiter l’autodestruction des cellules du cœur au cours de l’infarctus du myocarde.

Ces start-ups se situent à la rencontre entre la recherche et les soins.